Fréquence d’image : posons-nous les bonnes questions

Un petit rappel des enjeux du choix de la fréquence d’image, et donc du standard lors d’un tournage. 1080i50 – 24p, et les compromis que l’on doit faire.

Publié le

Un peu de technique vidéo qui fait mal à la tête… Je suis sûr que ça vous avait manqué !

Après avoir découvert que dans les normes vidéo du BluRay le 25 images par secondes n’était qu’entrelacé, et que le seul format progressif prévu était le 24 images, je ne suis dit que ça serait intéressant de refaire un point sur tout ça.

Prenons le problème à l’envers, où irons les images que je tourne ?

A la télévision (= une chaine de télévision avec les spécifications FICAM)

Ici, pas le choix, 1080i50, c’est à dire un format entrelacé 50 trames (25 images entrelacés) Les formats progressifs sont totalement interdits.

  • Possesseur d’un caméscope : travaillez en 1080i50
  • Possesseur d’un reflex vidéo : travaillez en 1080p25, avec une timeline en 1080i50… et espérez que tout ce passe bien.
  • Possesseur d’une caméra de cinéma numérique : voyez si vous pouvez travaillez en 25p… Sinon, pleurez, et accélérez vos images en post production de 4%, de quoi passer du 24p en 25p. Prévenez votre ingé-son qu’il va devoir gérer l’accélération du son, ils adorent faire ça…

Sur un écran de cinéma numérique

Du 24p réel soit 24 images progressives par secondes. Je vous recommande de fouiller du coté de DCP.

  • Possesseur d’un caméscope : avez-vous un mode 24p « cinéma » ?
  • Possesseur d’un reflex vidéo : travaillez en 1080p24
  • Possesseur d’une caméra de cinéma numérique : en « vrai » 24p, profitez en, en 2K ou 4K !

Sur un Blu-Ray

Vous avez un peu plus de choix. Entrelacé 50i ou 24p. Evitez pour le coup le 25p, ça serait dommage.

  • Possesseur d’un caméscope : travaillez en 1080i50
  • Possesseur d’un reflex vidéo et/ou d’une caméra de cinéma numérique : travaillez en 1080p24

Sur Internet (Youtube & Co) et sur périphérique mobile (iPhone, iPad, etc…), sur un fichier quelconque

Tout ce que vous voulez, mais en progressif !

  • Possesseur d’un caméscope : du 24p dans l’idéal, sinon ce que vous pouvez
  • Possesseur d’un reflex vidéo et/ou d’une caméra de cinéma numérique : comme vous voulez…

Pensez HD, même si vos images seront lues dans une fenêtre de 400 pixels de haut. Dans 10 ans, si vous ressortez vos images (et donc vos exports que vous aviez correctement archivés), vous serez heureux de les avoir en HDTV.

Sur une box ADSL ou une set-up box :

C’est de la TV, donc voir plus haut : « A la télévision »

Sur un DVD

Et oui, le DVD ? C’est de la TV, mais en SD. C’est parfois pratique de faire un double export DVD + Blu-Ray. Descendre le 1080i50 en 576i50, c’est trivial. Descendre du 1080p24 en 576i50, c’est un cauchemar: entrelacement et changement de vitesse du programme. Encore une fois, voir mes remarques plus haut sur « A la télévision ».

Pour résumer

TV + DVD + BD => 1080i50

Cinéma + BD + Fichier => 1080p24

Fichier => 1080p

(par chance) Je n’ai pas trop d’expérience sur les dérivés NTSC (30p, 60i, time code NDF). Je ne vous souhaite pas d’avoir à gérer la triple compatibilité PAL+NTSC+24p … Tient d’ailleurs, en quoi sont tournées les séries américaines ?

Une précision sur le 24p

Il y a deux 24p : le « vrai » et le « compatible TV » (je sais, c’est vraiment gonflant). Le vrai, c’est 24 images par secondes projetées deux fois sur l’écran de cinéma. Le TV, c’est en fait du 23,976. Il a été inventé pour pourvoir être plus facilement compatible avec les standard 60i. C’est du 23,976 que vous faites avec un reflex vidéo. Dans le doute, vérifiez bien ! Surtout si du cinéma numérique est passé dans vos fichiers.

Vos timelines Final Cut et Premiere Pro le gèrent par défaut, et très bien. Attention avec After Effects, il est très tolérant, et il accepte n’importe quoi ; si vous faites du 23,976, vérifiez que votre composition ait bien cette valeur.

Vous pouvez désormais appuyer sur REC. Et faire des cauchemars.